Tout comme le peintre, le brasseur dispose d’une palette de couleurs pour créer sa bière. Une palette qui provient du degré de touraillage du grain d’orge.

[two_third last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »][fusion_text]Craft-Beer

Chauffe-moi et je fonce 

Pour mémoire, après quelques jours de trempette et de germination, l’orge est touraillé, c’est-à-dire séché puis chauffé pour lui donner un arôme et une couleur. On parle alors de malt d’orge. Plus le malt est touraillé plus il sera foncé. Ainsi, pour des bières brunes c’est un malt qui aura cuit très longtemps qui sera utilisé. On parle de torréfaction, les grains ressemblant aux grains de café. C’est d’ailleurs ce qui donne aux bières brunes ce goût café/chocolaté.


Dis-moi quelle couleur tu as, je te dirai quelle bière tu es 

L’unité de mesure pour cataloguer les malts est l’EBC  « European Brewery Convention ». Il s’agit d’une organisation européenne qui travaille sur les côtés techniques et scientifiques de la bière. Elle a donc créé l’échelle EBC qui mesure la couleur de la bière et y associe le type (Pils, Lager, Stout…). Une sorte de nuancier Pantone de la bière. Un artiste de Bilbao, Txaber, a d ‘ailleurs imaginé des bouteilles de bière inspirées de ce nuancier.

[/fusion_text][imageframe lightbox= »no » lightbox_image= » » style_type= »none » bordercolor= » » bordersize= »0px » borderradius= »0″ stylecolor= » » align= »left » link= » » linktarget= »_self » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ hide_on_mobile= »no » class= » » id= » »] [/imageframe][/two_third]